À force de jouer avec le feu

 In Blog

« Il y avait quelque chose d’intrigant dans les éprouvettes remplies de matières aux noms bizarres. Mon objectif était de trouver tout ce que je pouvais mélanger pour créer une explosion. J’ai découvert qu’il était possible d’acheter tout ce qu’il me manquait à la droguerie. Quand on demandait cent mètres de mèche de pétard au magasin de bricolage, le vendeur nous répondait en rigolant : Qu’allez-vous faire, les gamins Exploser une banque ? » Kary Mullis, prix Nobel de chimie 1993. Les jeux de chimie ne sont plus ce qu’ils étaient. Les histoires d’explosions dans son jardin appartiennent au domaine du fantastique. Ce qu’on ne retrouve plus dans les équipements chimiques d’aujourd’hui, ce sont les composants chimiques. Comment en sommes-nous arrivés là ?

Équipement chimique Merit fabriqué par J & L Randall LTD en Angleterre et distribué en
Belgique. Années 1960. Collection privée.


J’ai trouvé cet équipement chimique de la marque Merit sur un marché aux puces bruxellois. Sur la boîte, l’illustration de deux adolescents en train de préparer des solutions chimiques dans leur laboratoire amateur. Cheveux clairs, yeux scintillants et visage empourpré, ils portent des chemises et des cravates. Au premier plan, leur kit Merit est déployé. « Équipement chimique Merit. Instructif, inoffensif et amusant. Contient une excellente sélection de substances chimiques et d’appareils. Instructions complètes comprises ». Les acheteurs potentiels ne peuvent être que rassurés. Leurs enfants vont apprendre, tout en étant en sécurité et en s’amusant. Que demander de plus.

Le kit a été assemblé en Angleterre par le fabriquant de jouets J & L Randall. L’état des accessoires et des matières chimiques semble indiquer qu’il n’a été que très peu utilisé. Ont résisté aux aléas du temps: un entonnoir, une spatule, une mesure, du papier de tournesol, des bouchons en liège, du fil de fer, un verre de montre, deux éprouvettes vides, une brosse, du papier buvard et une brochure bilingue Français-Néerlandais comportant des instructions. La lampe à l’alcool et la pince, également vendues avec le kit, ont disparu.

Les dix composants chimiques offerts se déclinent en une centaine d’expériences. Une petite quantité de sulfate de cuivre sert à faire des cristaux. La poudre de tournesol permet de vérifier l’acidité d’une solution. Avec de la chlorure de cobalt, le chimiste amateur crée de l’encre invisible. Mais les instructions vont au delà du contenu de la boîte et poussent les apprentis-chercheurs à expérimenter avec toutes les substances utilisées dans leurs maisons. Par exemple, on les encourage à mélanger l’eau oxygénée et l’eau de javel pour faire dégager de l’oxygène. Le laboratoire sort de la boîte et entre dans la maison. L’apprentissage sort de la sphère du théorique et entre dans celle du réel.


Le commerçant précise que les matières et les expériences décrites dans la brochure ont été choisies en raison de leur complète absence de danger. Le fait de pouvoir enflammer du sulfate de cuivre ne fâche personne : « Ainsi les plus grands plaisirs et bénéfices peuvent être obtenus des appareils,
sans pour cela risquer de s’attirer des résultats fâcheux. ». De nos jours, le sulfate de cuivre est étiqueté selon le système international d’étiquetage des matières dangereuses “ SGH 07 Toxique, irritant, sensibilisant, narcotique” et “ SGH 09 Danger pour le milieu aquatique”. Un long chemin a été parcouru en quelques décennies.

Au début du 20e siècle, les équipements chimiques pour enfants comportent des substances comme des cyanures ou de l’uranium. Aux États-Unis, leur production augmente après la Deuxième Guerre mondiale avec le nouvel attrait de la recherche et le succès du projet Manhattan. Dans les années 1940 – 1960, le public est envahi par les nouvelles merveilles de la science qui entrent dans les maisons et qui entretiennent la fascination des jeunes. À cette époque de la surconsommation et de la surproduction apparaît la notion de protection du consommateur.

Les années 1970 sont marquées par une perte de confiance en la science gouvernementale et par la montée des mouvements écologistes et anti-nucléaires. Une séries de directives adoptées par la Communauté Économique Européenne sont l’expression de ce contexte international: la classification et l’étiquetage des produits dangereux, la limitation de la mise sur le marché et de l’emploi de certaines substances dangereuses, la promulgation des premières lois de la protection des consommateurs.

Petit à petit, la magie de la science comme carrière s’estompe et avec elle, la demande pour de tels équipements. Leur chute traduit la disparition généralisée de la pratique de la chimie comme loisir.

Recommended Posts

Leave a Comment

Contactez-nous

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt
made @ molengeek.com